La « maison Maillot » (du nom d’anciens propriétaires, Alphonse et Fanelly Maillot), siège de l'association, achetée par le chanoine Joseph Robert (avec le parc adjacent) en mars 1946. Un bâtiment remontant aux origines du château et dont les pièces du rez-de-chaussée – dont les plafonds, voûtés, reposent sur une « forêt » de colonnes au fût cylindrique – conservent le souvenir de l’histoire des lieux (anciennes écuries du château de Lugny).

Les façades sud et ouest de la « maison Maillot », vues sous un autre angle.

La "maison Maillot" est devenue la "Maison des Foyers communautaires" en août 2019 après la pose d'une plaque signalétique et d'une vitrine permettant la diffusion d'informations concernant l'association.

A noter que les bureaux de l'association se trouvent au premier étage, à gauche en haut de l'escalier.

 

Le parc du château, propriété des Foyers communautaires, peut s’enorgueillir de disposer d’un arbre « rare » : un bel hêtre pourpre bicentenaire figurant parmi les quatre arbres que l’association A.R.B.R.E.S. (Paris) a labellisés « Arbre remarquable de France » dans le département de Saône-et-Loire (sur un total de 560 arbres au niveau national). Depuis le 2 juin 2018, ce parc clos que bordent la route des Eaux Bleues et la rue du Château porte le nom du fondateur des Foyers communautaires : « Parc Monseigneur Joseph Robert ».

A chacune des deux tours d’entrée de l'ancien château, propriété des Foyers communautaires depuis leur fondation, est accolé un étroit bâtiment. Ceux-ci, implantés perpendiculairement l’un à l’autre, sont couverts de hautes toitures à croupes en tuiles plates.

Remarquer la toiture du bâtiment accolé à la tour d’entrée du nord-est, percée dans la croupe d’une lucarne qui domine une tourelle circulaire  amortissant dans oeuvre l’angle entre le bâtiment et la tour.

Les deux tours d’entrée du château vues depuis la « maison Maillot ». Ces tours rondes, traditionnellement datées du XIVe siècle, encadraient au Moyen âge une porte avec pont-levis qui donnait accès à la basse-cour du château (cour de plan rectangulaire que bordaient divers bâtiments à vocation agricole). Outre le feuillage caractéristique du hêtre bicentenaire du parc, remarquer, entre les tours, le clocher de l’église Saint-Denis, édifice construit dans le style néo-classique de 1824 à 1826 (en lieu et place d’une église romane démolie en 1823).

Parmi les lieux de Lugny qui ont inspiré les artistes figurent notamment son ancienne maison forte. Ici, les bâtiments du château tel qu'ils furent « croqués » par un peintre (œuvre non signée et sans date, propriété du père Georges Dufour jusqu’à sa mort). On reconnaît aisément à gauche la « maison Maillot » et, au centre, les deux tours d’entrée, avec, en toile de fond, le feuillage caractéristique du hêtre pourpre labellisé en 2018.

La salle de réunion des Foyers communautaires. Remarquer les colonnes et la voûte du plafond, vestiges des anciennes écuries du château. Au mur du fond - épais de plus d'un mètre et percé d'une ouverture ébrasée - est accroché un portrait du Christ, œuvre de l'artiste Michel Bouillot (faite d'un assemblage de carreaux sortis de l'atelier du céramiste Jean-Pol Betton d'Azé).

Que reste-t-il du souvenir de l'époque où les vastes salles à colonnes du rez-de-chaussée du bâtiment devenu la « maison Maillot » servaient au logement des chevaux des seigneurs de Lugny ?

« Nous sommes entrés dans l’écurie qui est dans la basse-cour de la dite maison [et chastel], dans laquelle se sont trouvés quatorze chevaux, tant de carrosse que chariot, et cinq coureurs. » rapporte un document d’archives daté de 1666.

A l'ombre des arbres qui recouvrent la colline dominant les bâtiments de l'ancien château, une sculpture a été inaugurée en 1993 pour conserver le souvenir de monseigneur Joseph Robert (1898-1987), fondateur d'une communauté de prêtres qui, trois ans avant de fonder l'association « Les Foyers communautaires » (1946) et sept ans avant la création d'une oeuvre dédiée à l'organisation de pélerinages à Rome (1950), s'était lancée dans la création d'une école.

Ici : le père Louis Robert (né en 1926), ancien recteur du sanctuaire marial de Notre-Dame de Myans en Savoie et neveu de monseigneur Robert, lors d'une visite effectuée à Lugny en septembre 2014.

Le quartier du Château, photographié au cours de l'été 2004 (photo Armée de l'air).

Sur ce cliché aérien apparaît une partie de l'ensemble foncier dont Les Foyers communautaires sont propriétaires depuis leur fondation, pour l'essentiel mis à la disposition - par bail - au groupe scolaire privé « La Source ».

Bien visible dans la partie supérieure gauche de l'image : la vaste cour de récréation du collège, emplacement sur lequel s'élevait jadis la partie « seigneuriale » du château des seigneurs de Lugny (avec donjon), détruite par le feu dans la nuit du 27 au 28 juillet 1789 (à l'inverse des bâtiments constituant l'ancienne basse-cour).

Sur son côté nord, cette cour est bordée d'une élégante construction de pierre caractérisée par sa toiture « à la Mansart » recouverte d'ardoises : la « maison Jacques » (du nom de son ancien propriétaire,Paul Antoine Jacques, docteur en médecine époux d'Anne Suzanne Louise Patuel).

Remarquer, au bas de l'image, l'étendue du parc Monseigneur Joseph Robert, séparé de l’église Saint-Denis par la rue conduisant aux tours rondes d’entrée du château et, à l'angle supérieur droit du cliché, à la lisière du bois recouvrant la "montagne du Château", l'étendue d'eau signalant l'emplacement de la source des Eaux Bleues qui donne naissance à la Bourbonne(source dont l'eau ,retenue, animait autrefois la roue d'un moulin installé dans les communs du château).